Moais et carrière...

Poursuite de la visite! On arrive vers le site le plus grand de l'île : ahu tongariki. 15 statues géantes sur un même ahu (longueur 200m, hauteur sur 3m). Il n'y a qu'un seul moai qui a son "pukao".



Impressionnant hein! Alors il y a une chose très importante à dire, c'est que tous les moai tournent le dos à la mer. Dans les anciennes habitations, les rapanuis dormaient aussi dos à la mer. Et dans le cimetière de Hanga Roa, les tombes sont toujours dos à la mer... La tradition perdure...

C'est un japonais qui a décidé d'aider les rapanuis en leur offrant une grue qui leur permette de redresser les moai. Sympa le gars!

Chaque moai représente un ancêtre, et effectivement,
on peut voir qu'ils ont chacun un visage différent.
Quelques petites photos d'identité... ;-)

Il est interdit de monter sur les ahu...
Vous avez vu, le mot "tapu", le même qu'en Polynésie, et celui dont est tiré le mot tabou.


Nous quittons cet ahu pour rejoindre Rano Raraku, le volcan qui a servi de carrière à presque tous les moai (95%). La roche dont est faite le moai s'appelle le "tuf". Le pukao est fait en "scorie" (on verra la carrière de pukao un autre jour)...


Mais j'avais oublié de vous présenter notre guide, Cathy. Une suisse qui nous a super bien raconté l'histoire de Rapa Nui, un rien baba cool, tatouée. Elle parlait à la fois en espagnol et en français puisque notre groupe était mixte... Un sacré exercice!!! Très sympa!


Nous voici donc arrivées à la carrière de moai... 397 statues, inachevées, abandonnées en cours de transport ou cassées... Elles sont partout, de toute taille, de formes différentes...


On se balade parmi elles en se demandant pourquoi elles ont été abandonnées comme cela...


Plusieurs hypothèses ont été émises : la plus plausible reste liée à une révolte entre les peuples tribaux, mais il existe aussi celle d'une série de catastrophes naturelles (tsunami, sécheresse, déforestation)... Mais on n'est sûr de rien.

Il est rigolo celui-là.. Tout fin...

Voilà un moai tout à fait intéressant et intrigant : on l'appelle "Tukuturi"... Il n'est pas, comme les autres, en effet, il est à genou. Aucun autre moai ne se tient de cette manière là. Pourquoi? Là encore, des hypothèses mais pas de réponses précises...


Pour finir cette partie de la deuxième journée, une vue de l'ahu tongariki depuis Rano Raraku...


Et c'est pas encore fini!!! A plus!
1 commentaire